#1 10-02-2015 01:04:15

brunonc2
Membre
Date d'inscription: 30-08-2014
Messages: 13

[C64]I ou VI

Bonjour

dans l'extrait suivant du duo de Tristan
http://www.polyphonies.eu/forum/images/img0696.png
Jean-Luc analyse l'accord comme un accord I de LAbM tandis que je l'ai analysé comme un accord VI. Ce qui m'a poussé à ce choix est la présence du fa au soprano. AU piano le fa se résout sur mi à la mesure suivante donc pas de problème. Mais à la soprano ce fa était déjà une dissonance  à la mesure précédente (non affichée dans l'image) et donc je l'avais analysée comme une anticipation. On pourrait considérer que cette résolution est retardée. La seule solution qu'il reste c'est l'échappée, solution que j'ai proposée à plusieurs reprises dans mon analyse, sauf que ce fa est sur le premier temps, donc ni sur un temps faible ni sur la partie faible d'un temps. OU alors on considère que l'on est bien sur une échappée mais à la mesure précédente et résolue en cours de mesure suivante.
Ce qui est curieux, c'est un peu plus loin une situation similaire se présente
http://www.polyphonies.eu/forum/images/img0697.png
sauf que lors de l'envoi de ma dernière composition j'avais dû retirer mes modulations sur le 6ème degré car apparemment elles ne faisaient pas partie du langage de Wagner et là justement on passe en labm sur le 6ème degré. Pour éviter cette analyse j'étais parti sur un V7 de SOLbM mais du coup je me retrouvais confronté à ce problème d'échappée sur temps fort cette fois si à la voix supérieure du piano qui cette fois ci ne pouvait s'expliquer par une arrivée anticipée à la mesure précédente.

Dernière modification par brunonc2 (10-02-2015 01:23:46)

Hors ligne

 

#2 11-02-2015 09:17:54

Jean-Luc
Administrateur
Lieu: La Chapelle des Pots France
Date d'inscription: 29-08-2007
Messages: 4437
Site web

Re: [C64]I ou VI

Pour bien  comprendre le rôle de ce fa, il faut l'analyser dans la partie orchestrale. Fa est une dissonance qui dure toute la mesure. Elle est résolue sur mib à la mesure suivante. Sa fonction dépend de la note qui le précède. Dans la mélodie du soprane, cette note est reprise comme si elle faisait partie de l'accord. Elle est suivie d'une consonance sans être résolue puisqu'elle le sera à l'orchestre.

Dans l'exemple suivant nous sommes bien sur VI puisque l'accord est fa lab dob (e ne veut pas dire échappée mais schème e au hautbois). Effectivement, on tonule avec cet accord VI mais cet accord n'arrive pas subitement mais a été longuement préparé notamment en jouant sur l’ambiguïté avec l'accord I de lab  m ou M


Pour joindre une image à votre message, envoyez la par mail à images[at]polyphonies.eu au format jpg ou png.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Forum de Polyphonies,
école à distance d'écriture musicale et de composition.

Propulsé par PunBB