• Index
  • Contrepoint
  • (C26) Tierce venant perturber un mouvement mélodique conjoint (Pages: 1)

#1 10-08-2015 17:10:26

swing42
Ancien élève Master
Date d'inscription: 22-12-2014
Messages: 76

(C26) Tierce venant perturber un mouvement mélodique conjoint

Bonjour à tous

J'ai une interrogation qui se pose à l'écoute d'un exercice de contrepoint que je suis en train de faire .

On est en Sib

chant = sib
basse = re - fa sol
                    6     4   3
                             a

Cette mesure ne semble pas fausse d'un point de vue analyse , cependant l'intervalle ascendant de tierce ( re-fa) faisant suite à une phrase en continu conjoint ascendante ne donne pas à l' oreille un résultat satisfaisant ( du moins à mon avis - d'un autre coté pour continer la ligne montante je ne vois pas d'autres solutions.... )


Si l'on prend l'exemple suivant qui est en sens inverse

chant = La
basse = fa - re- do
                    3     5   6
                             a

La tierce descendante  fa-re sonne beaucoup mieux . La 5 ( re) que je considére comme une appogiature car ne faisant pas partie de l'accord V est-elle à l'origine de ce résultat auditif meilleur ou alors ce n'est qu'un leurre acoustique du à ma mauvaise oreille ?

Je serais curieux d'avoir votre avis car je n'ai pas encore assez de recul pour savoir si le 1er cas est bien employé couramment dans les lignes mélodiques en musique classique ou si il vaut mieux éviter cette situation ( bien que dans les exercices précédents  Jean -Luc n'a pas mentionné de faute sur les mesures identiques )

Hors ligne

 

#2 11-08-2015 08:41:08

Jean-Luc
Administrateur
Lieu: La Chapelle des Pots France
Date d'inscription: 29-08-2007
Messages: 4426
Site web

Re: (C26) Tierce venant perturber un mouvement mélodique conjoint

Il n'y a pas d'erreur de contrepoint en soi mais il faut comprendre certaines articulations mélodiques qui sont moins heureuses et donc qui sonneront mal:

En effet, ce qui diffère c'est le mouvement descendant. Dans le premier cas, l'appogiature se résout dans le même mouvement (elle est meilleure en mouvement contraire) et de plus en mouvement ascendant.  L'appogiature amène une tension suivie d'une autre tension due au mouvement ascendant. La seconde appogiature se fait dans la détente. elle est donc plus facile.

Les intervalles jouent aussi: une quarte, vraie dissonance et une quinte, plus ambiguë car on peut la percevoir comme consonance. Rejouez le second exemple en plaçant un do sous le fa.

A noter que dans les deux cas, il y a une appogiature au levé qui se résout au levé. C'est en soi une articulation qui n'est pas très heureuse. Elle serait meilleure comme dernière note au levé se résolvant au posé.


Pour joindre une image à votre message, envoyez la par mail à images[at]polyphonies.eu au format jpg ou png.

Hors ligne

 

#3 11-08-2015 20:59:29

swing42
Ancien élève Master
Date d'inscription: 22-12-2014
Messages: 76

Re: (C26) Tierce venant perturber un mouvement mélodique conjoint

Ok c'est clair .

Merci Jean Luc pour la réponse .

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Forum de Polyphonies,
école à distance d'écriture musicale et de composition.

Propulsé par PunBB