#1 22-07-2015 22:59:52

aspegic1000
Ancien élève
Lieu: Paris
Date d'inscription: 11-01-2011
Messages: 802
Site web

[c58] retour sur corrections

Bonjour Jean-Luc,

http://www.polyphonies.eu/forum/images/img0852.jpg

Vous supposiez bien... smile je voulais effectivement suggérer le son d'une cloche.
Et c'est aussi dans ce but que j'avais écrit cette tenue sur la quinte. En effet, comme vous le savez certainement, sur un piano, lorsque qu'on maintient enfoncée une note (ici ré) appartenant à la série harmonique du son de base (ici sol), elle résonne par sympathie qd ce son de base est frappé... Je me disais que ça pouvait ainsi "élargir" le son et renforcer cette suggestion...
Au sujet de votre remarque sur la hiérarchie des voix, peut-être puis-je conserver cette idée de cloche (sic), et ne pas énoncer le thème littéralement dans l'introduction... mais du coup, je m'éloigne un peu du modèle.. qu'en pensez-vous ?


TP niv 4 c 62

Hors ligne

 

#2 23-07-2015 10:18:14

Jean-Luc
Administrateur
Lieu: La Chapelle des Pots France
Date d'inscription: 29-08-2007
Messages: 4428
Site web

Re: [c58] retour sur corrections

J'avais bien compris aussi que vous jouiez sur la résonance du ré pour que l'effet sonore nous suggère les croches. Mais on sort du cadre de l'étude de cette pièce. C'est une  problématique qui conviendrait dans un prélude de Debussy mais moins dans un lied de Schubert (les pianos de l'époque ne permettaient pas à mon avis des résonances aussi longues).

Schubert a d'ailleurs composé un lied très émouvant qui repose en grande partie sur une quinte répétitive à la main gauche mais qui évoque le bourdon du joueur de vielle: "Der Leiermann" qui clôt le "Voyage d'hiver". Je vous conseille de lire la partition. Vous verrez que son approche est beaucoup plus simple et du coup plus efficace. Il n'y a qu'une ligne mélodique face à ces deux quintes. Dans votre pièce, face à ces deux notes de la portée inférieure, vous avez une mélodie enrichie par les accords. Il serait peut être intéressant de n'avoir qu'une seule ligne mélodique face à vos deux notes de la portée inférieure (et en frappant plusieurs fois le ré)?


Pour joindre une image à votre message, envoyez la par mail à images[at]polyphonies.eu au format jpg ou png.

Hors ligne

 

#3 24-07-2015 01:38:54

aspegic1000
Ancien élève
Lieu: Paris
Date d'inscription: 11-01-2011
Messages: 802
Site web

Re: [c58] retour sur corrections

Jean-Luc a écrit:

les pianos de l'époque ne permettaient pas à mon avis des résonances aussi longues).

Il y a peut-être un malentendu : dans l'effet de résonance harmonique dont je parlais, c'est à chaque fois que le sol est frappé que le ré (harmonique n3 de sol) entre en résonance. Peut-être n'avez vous jamais fait cette expérience : vous maintenez enfoncée la touche ré dans le médium du piano sans la jouer,  et ensuite vous frappez un sol grave très brièvement : on entend alors ré résonner - plus ou moins nettement et fortement selon l'accordage et la qualité des pianos... (et leur date de fabrication ?)
Cela dit, comme je n'ai pas de vrai piano, je n'ai pas pu vérifier la pertinence de cet effet puisque dans mon cas non seulement on entend le sol grave en permanence mais également tout ce qu'il y a au dessus... Mais comme je prévoyais un pianissimo, je me disais que ça devait qd même probablement "élargir" la pédale à la basse...

Jean-Luc a écrit:

Schubert a d'ailleurs composé un lied très émouvant qui repose en grande partie sur une quinte répétitive à la main gauche mais qui évoque le bourdon du joueur de vielle: "Der Leiermann" qui clôt le "Voyage d'hiver". Je vous conseille de lire la partition. Vous verrez que son approche est beaucoup plus simple et du coup plus efficace.

J'aime bcp le "Voyage d'Hiver", je vais suivre votre conseil, et éventuellement m'en inspirer pour cette introduction smile


TP niv 4 c 62

Hors ligne

 

#4 24-07-2015 10:41:31

Jean-Luc
Administrateur
Lieu: La Chapelle des Pots France
Date d'inscription: 29-08-2007
Messages: 4428
Site web

Re: [c58] retour sur corrections

J'avais bien pris en compte cette réactivation de la résonance du ré en jouant le sol mais je doute que  cet effet était perceptible sur le piano de l'époque de Schubert. En tout ce n'était pas la préoccupation des compositeurs contemporains. Il faut attendre en fait les pianos modernes comme Pleyel pour que les compositeurs jouent de manière plus approfondie sur ces paramètres.


Pour joindre une image à votre message, envoyez la par mail à images[at]polyphonies.eu au format jpg ou png.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Forum de Polyphonies,
école à distance d'écriture musicale et de composition.

Propulsé par PunBB