Le blog de Polyphonies, école à distance d’écriture musicale et de composition.

Introduction à l’analyse de l’harmonie (II)

Peut-être avez vous tenté de réaliser une analyse harmonique de ce thème de Mozart, après la lecture de notre article précédent. Je l’avoue volontiers à ceux qui n’ont pas encore abordé le contrepoint ; il n’est pas simple d’y repérer les accords. Ce thème est en fait une véritable polyphonie.

Notre second article est là pour vous initier :-). Il vous permettra d’y voir plus clair et de mieux comprendre l’articulation harmonique d’une pièce classique. Lire l’article


DOSSIER : INTRODUCTION A L’ANALYSE

- 1er article : Introduction à l’analyse de l’harmonie (I)
- 2ème article : Introduction à l’analyse de l’harmonie (II)
- 3ème article : Introduction à l’analyse : la forme musicale (III)
- 4ème article : Introduction à l’analyse : l’art de la variation (IV)


Analyse harmonique du thème de Mozart

Bien que notre objectif soit avant tout la recherche des accords qui structure harmoniquement ce thème, il nous faut prendre en compte également son aspect polyphonique. En effet, la pièce comporte trois voix et donc trois lignes mélodiques distinctes. D’un point de vue de la complémentarité des voix, cet exemple est peu habituel chez Mozart. En effet, si on lit chaque ligne séparément, on constate que les mélodies des deux voix extrêmes sont presque toujours parallèles tandis que celle de la voix intermédiaire repose essentiellement une même note, mi, répétée de nombreuses fois. Il s’agit de ce que l’on appelle une note pédale. Son statut est très particulier : aux premier et dernier accords dans lesquels elle est présente, elle fait partie de l’harmonie alors que dans les autres accords, elle peut en être exclue. Il en résulte ainsi parfois des combinaisons harmoniques intéressantes. Les deux notes les plus utilisées comme notes pédales sont la tonique et la dominante [1].

Mesures 1 à 4

Après ces quelques observations, nous pouvons enfin aborder l’analyse harmonique. Commençons tout d’abord par celle des 4 premières mesures.

-  Mesure 1

La pièce commence en principe par l’accord de tonique. Ici le premier accord est formé des trois notes la-do#-mi. Nous sommes donc sur l’accord I de la majeur. J’ai donc rayé les deux notes si et ré qui ne font pas partie de l’harmonie. Nous reviendrons un peu plus loin sur leur statut. Leur valeur métrique est d’ailleurs trop brève pour constituer en elles-mêmes un accord. Pour l’instant, étant donné que la mesure est 6/8, nous considérons que la pulsation est la noire pointée.

Le second accord de cette mesure ne comporte que deux notes do# et mi. A priori, nous écartons l’accord III car nous aurions une tierce montante de deux accords en fondamentale. Il s’agit donc plutôt d’un accord Ia [2]. Notons que dans la période classique dont fait partie cette pièce de Mozart, on reste souvent durant plusieurs pulsations sur les mêmes degrés en début de pièce.

- Mesure 2

Les trois notes du premier accord sont sol#-mi-si. La et do# sont étrangères à l’harmonie. Nous sommes donc sur l‘accord Va. A noter que sol# et si font nécessairement partie de l’accord car elles sont suivies d’un intervalle disjoint [3]. La et do# sont suivies d’un intervalle conjoint et peuvent être par conséquent des dissonances [4].

L’accord suivant est constitué des notes si, mi et ré. Ce pourrait être l’accord V7b [5], mais sa note de basse arriverait sur l’accord suivant par mouvement disjoint ce qui ne correspondrait pas tellement au langage musical de Mozart. N’oublions pas que la note mi est une pédale et qu’à ce titre, elle peut être considérée comme étrangère à l’harmonie. Dans ce cas, si l’on exclut mi, nous sommes tout simplement sur l’accord VIIa.

-  Mesure 3

Le premier accord comporte les notes fa#, mi et la. Il peut s’agir de l’accord VI7 : fa#, la, do# et mi car dans ce cas, la 7ème serait préparée et résolue dans sa voix et sur la même note, mi. On considère donc qu’il s’agit ici de l’accord VI7.

Le second accord de la mesure ne comporte que les notes sol#-mi-si. Il s’agit bien évidemment de l’accord Va.

-  Mesure 4

Cette mesure commence par l’accord de tonique. On notera la cadence parfaite. Si la pulsation est la noire pointée, comme nous le supposions en abordant l’analyse, il y aurait 3 notes dissonantes [6] simultanées au levé : ré à la basse (appogiature), si (appogiature) et ré au soprane (note de passage). C’est beaucoup, donc peu probable. Par contre ces 3 notes auxquelles on peut ajouter mi peuvent former l’accord V7 : mi-sol#-si-ré (sol# n’étant pas présent dans l’accord). C’est cette solution qui est la plus logique. Puisqu’il ne peut y avoir plus d’un accord par pulsation, l’accord V7 est au posé et l’on peut affirmer que la pulsation de cette pièce est la croche [7].

Cette mesure s’achève également avec deux accords : l’accord Ib et l’accord V. Ce dernier est suivi d’un accord I à la mesure suivante. Cette première phrase musicale s’achève donc par une cadence parfaite sur le posé de la mesure 5.

Mesures 5 à 8

Les mesures 5 et 6 reprennent à l’identique les deux premières mesures. Seules les deux dernières mesures différent ici.

- Mesure 7

Elle commence sur les deux premiers temps (croches) par un accord VI7 comme à la mesure 3.

Au troisième temps, les notes sol#-mi-si peuvent former un accord : mi-sol#-si. Nous sommes donc sur Va.

Cet accord est suivi d’un accord de tonique : la do#-mi. Il y donc une cadence parfaite ici.

Au dernier temps, l’accord est formé de 4 notes. La pièce passe donc à 4 voix. Un seul accord est possible puisque les notes sont ré-fa#-si-ré. Il s’agit de l’accord IIa.

- Mesure 8

Celui-ci est suivi de l’accord Ib à la dernière mesure [8]. Au troisième temps figure un accord qui comporte 5 notes. Il s’agit de l’accord V7 : mi-sol#-si-ré. Celui-ci s’enchaîne à l’accord I pour l’ultime cadence parfaite de la première partie du thème.

Cette analyse met en valeur le peu de dissonances utilisées par Mozart dans cette exposition. Celles-ci ne sont d’ailleurs présentes que dans les deux mesures 1,2 et 5,6. Ces notes sont celles qui sont rayées dans notre exemple. Comme dit précédemment, une note dissonante doit être résolue et avoir une fonction et donc un message mélodique. Ici, toutes les dissonances sont donc des broderies.

Nous resterons encore sur ce thème de Mozart le mois prochain pour aborder cette fois la forme musicale. Nous verrons ainsi comment cette exposition a été élaborée d’un point de vue thématique.


DOSSIER : INTRODUCTION A L’ANALYSE

- 1er article : Introduction à l’analyse de l’harmonie (I)
- 2ème article : Introduction à l’analyse de l’harmonie (II)
- 3ème article : Introduction à l’analyse : la forme musicale (III)
- 4ème article : Introduction à l’analyse : l’art de la variation (IV)

    Jean-Luc KUCZYNSKI
    Jean-Luc KUCZYNSKI est compositeur et professeur de composition musicale depuis 1988 aux ACM et depuis 1999 à l’école d’écriture et de composition Polyphonies.
    Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis !
    Twitter Facebook Google Plus Linkedin email