Le blog de Polyphonies, école à distance d’écriture musicale et de composition.

Un cours d’écriture mélodique : pourquoi ?

Notre cours d’écriture mélodique, maillon essentiel de la pédagogie originale de Jean Robert, est enseigné exclusivement à Polyphonies. Il se fonde à la fois sur l’étude de la chanson populaire traditionnelle et celle du langage musical occidental. Lire l’article

Son objectif est simple : comprendre et maîtriser la polyphonie, c’est à dire l’écriture pour plusieurs voix ensemble. Mais pour y parvenir, il est nécessaire de maîtriser un ensemble conséquent de techniques essentielles.

Concrètement, vous apprenez à élaborer des lignes mélodiques vocales ("cheminements mélodico-rythmiques") que vous enrichissez au fil des cours par de nouvelles acquisitions techniques, pour "qu’elles chantent", dans tout mode ou tonalité. [1] Vous apprenez ainsi à "conduire" votre mélodie : ce savoir est extrêmement utile en harmonie, en contrepoint, mais aussi pour votre expression musicale personnelle.

En effet, en harmonie par exemple, vous constaterez que les notes qui enrichissent l’accord (notes étrangères, septièmes, notes altérées ou chromatiques) obéissent toutes en réalité à une logique purement mélodique. Le cours d’écriture mélodique vous permet une compréhension claire de leur rôle et de leur fonction dans l’accord.

Nous retrouverons une approche mélodique du même ordre dans le cours de contrepoint. Savoir conduire une ligne mélodique y est indispensable. Le contrepoint consiste en effet à élaborer une polyphonie (plusieurs mélodies simultanées). Le cours de mélodie introduit d’ailleurs l’étude du contrepoint, en qualité de "passage obligé".

L’analyse est prépondérante dans ce cours de mélodie, comme d’ailleurs dans nos autres cours. Elle permet en effet une compréhension précise de l’expression musicale. Elle deviendra ainsi le guide efficace de votre écriture.

On le voit, maîtriser l’écriture de la ligne et ses techniques spécifiques est un objectif important si l’on désire apprendre l’écriture et par la suite la composition, l’arrangement ou l’orchestration.

Un orchestre par exemple, sonnera d’autant mieux que l’on aura confié à chaque partie instrumentale, non des pas fragments parcellaires de l’harmonie, mais une ligne mélodique réelle et expressive. Les musiciens de l’orchestre le perçoivent et s’y investissent davantage. Par conséquent, la polyphonie et l’orchestration sonnent plus clairement.

Je pourrais encore illustrer le rôle prédominant de la mélodie en composition par une multitude d’exemples de Bach, Mozart ou Debussy mais cette citation de Mahler, est suffisamment éloquente :

« Chez moi le basson, le tuba basse, les timbales elles-mêmes doivent chanter ! » in « Mahler » de Marc Vignal aux éditions Solfèges.

    Jean-Luc KUCZYNSKI
    Jean-Luc KUCZYNSKI est compositeur et professeur de composition musicale depuis 1988 aux ACM et depuis 1999 à l’école d’écriture et de composition Polyphonies.
    Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis !
    Twitter Facebook Google Plus Linkedin email